Wiki Les Secrets de la Septième Mer
Castille
Blason de la Castille 
Régime politique Monarchie
Dirigeant le Bon Roy Sandoval
Population
Gentilé castillian, castilliane
Langue Castillian
Capitale San Cristobal
Localisation
Carte Castille Localisation.svg 
          "Les Castillians mènent leur existence comme ils jouent de la guitare : avec une passion effrénée et une implacable précision."
   - Dame Sophie du Lac

Les Castillians sont un peuple passionné, et cette passion transparaît dans leur musique, leur nourriture et même dans leur façon de parler. La culture castilliane, soumise aux multiples influences du continent tout entier et même de l'Empire du Croissant, est de loin la plus cosmopolite de tout Théah. Mais au cours des dernières années, c'est l'influence de l'Église du Vaticine qui s'est avérée le plus présente et la plus pesante.

Il y a plus de quatre siècles de cela, à l'issue d'une guerre sanglante, l'Église quitta la Vodacce pour installer son siège en Castille. L'évènement bouleversa à jamais l'équilibre des forces du continent. Grâce à l'action de l'Église, chaque ville de Castille possède son université, ce qui en fait la nation la plus cultivée.

L'Église finance également des programmes de santé publique, des aqueducs et des dispensaires, fournissant les soins et les remèdes à ceux qui en ont besoin.

Le trouble s'est pourtant abattu sur la Castille. Juste avant sa mort, le vieux roi de Castille condamna son fils aîné à l'exil, faisant d'un jeune homme encore imberbe le seul héritier du trône. A l'évidence, le Bon Roy Sandoval ne fait pas le poids face à une noblesse théane autrement plus sournoise et calculatrice. Mais le roi dispose d'un allié : un homme connu uniquement sous le nom d'El Vago. Le vagabond masqué et sa ligue ont protégé le roi contre la félonie en de si nombreuses occasions qu'il serait impossible de les énumérer toutes. Ils auront l'occasion de le défendre à nouveau car nombreux sont ceux qui, en Castille, rêvent de voir le Vagabond se balancer au bout d'une corde pour que plus personne ne se dresse entre leur volonté de puissance et le roi.

Histoire[]

Histoire antique[]

Moyen-âge[]

Évènements récents[]

L'invasion montaginoise[]

La Castille aujourd'hui[]

Géographie[]

La Castille est située à la pointe sud-ouest de Théah, juste au sud de la Montaigne. la nature est ici généreuse, offrant des mine riches, un sol fertile et une mer poissonneuse. Les Castillians n'ont jamais manqué de nourriture, ni de richesses naturelles. Les hivers sont courts et tièdes, les étés longs et tempérés.

Les terres de Castille sont parmi les plus riches et fertiles de Théah.

Bien que la Castille ait de nombreux fleuves et rivières, peu sont navigables. Aussi le transport se fait-il surtout par voie maritime ou par terre.

Rancho Aldana Rancho Gallegos Rancho Soldano Rancho Torres Rancho Zepeda

Les cinq ranchos mentionnés précédemment ne sont que des découpages administratifs, et n'ont pas grand chose à voir avec les grands ensembles agricoles qui portent le même nom.

La Castille se découpe en plusieurs grands ensembles (qui ne respectent pas forcément le découpage politique).

Le ponant[]

Le plat pays occidental se décompose à nouveau en douze ranchos à proprement parler dispersés autour du camino del sol, une route bien entretenue allant du sud de la péninsule occidentale jusqu'à la Rivière du Commerce. C'est l'une des régions les plus verdoyantes de Castille, et les pluies y sont abondantes toute l'année, favorisant les récoltes.

Le midi[]

La partie centrale du pays est aussi très fertile, bien que des siècles de techniques agricoles archaïques aient endommagé sévèrement sa productivité. Cela ne fait que quelques décennies qu'elle recouvre ses forces grâce aux innovations scientifiques. On y pratique aussi l'élevage et la pêche. Le climat de cette région est très variable en raison de la diversité géographique ; les étés y sont généralement secs et chauds et les hivers cléments et agréables. Il y a quantité de rivières (trop petites pour le transport fluvial) dans cette zone, circulant au travers de nombreux marais et marécages. Ces zones, proches du Rio de Delia, sont transformées en rizières et contrôlées par les dons au statut social le plus faible.

Le septentrion[]

Le Nord de la Castille est couvert de forêts et de petites collines accidentées. C'est une frontière naturelle entre la Castille, la Montaigne et l'Eisen.

Les étés y sont frais et les hivers doux et humides.

L'activité principale est l'exploitation forestière, sans surprise, mais les villages de pêche en eau douce sur la Rivière du Commercent permettent une diversification économique.

La forêt s'appelle la Selva de Fendes ("la Forêt des Démons" en montaginois) ; le mot "Fendes" est eisenör, car la forêt va au-delà de la rivière et se poursuit dans le Schwartzen Wälder. Et les Eisenörs savent bien que les démons de l'Unterwelt, le royaume de Légion, hantent la forêt. Les bois abritent des choses inhumaines et nombre de voyageurs y disparaissent.

Le levant[]

L'Est du pays est constitué de la Sierra de Hierro ("la Montagne de Fer"), le long de la frontière avec la Vodacce. Ses cimes et ses canyons sont cosntamment exposés à des conditions climatiques rigoureuses, avec des aléas météorologiques allant des tempêtes de neige glaciales en hiver aux violentes rafales de vent et des changement de température extrêmes en été.

Le climat rend les cultures difficiles et peu rentables, et la vie animale est dominée par les rapaces et charognards.

La richesse des montagnes réside dans ses gisements d'or et d'argent, faisant la fortune des dons administrant ces terres.

On a aussi trouvé dans ces cavernes des peintures stylisées décrivant le mode de vie et les superstitions des premiers habitants de cette région, qui vivaient de chasse et de cueillette et dominés par un groupe de sorciers porteurs de flamme.

Politique[]

La famille Sandoval est à la tête de la Castille. les régions sont divisées en comtés appelés ranchos, chacun gouverné par un Don au nom du roi, levant l'impôt et rendant la justice. Grâce aux efforts de l'Église, les ranchos sont répartis équitablement et chaque Don est responsable de l'hébergement et l'entretien d'une part égale de l'armée royale. Le roi de Castille est mort récemment, laissant le trône à son fils de quatorze ans. Surnommé le Bon Roy Sandoval par l'un des plus célèbres poètes de la cour, le jeune homme parvient à maintenir la cohésion du royaume depuis maintenant deux ans -bien au-delà de ce qu'avaient prédit ses détracteurs.

Si le roi de Castille est le souverain suprême de son royaume, il n'est un secret pour personne que son cabinet de conseillers ecclésiastiques a une influence considérable sur ses décisions. certains ont ourdi la perte du Bon Roy, mais trois tentatives d'assassinat ont déjà échoué, en grande partie grâce au travail d'un personnage mystérieux qu'on connaît sous le nom d'El Vago. Le Vagabond masqué a démontré qu'il était un adversaire de taille pour tous ceux qui complotent contre la Couronne de Castille, mais tous ses efforts ont malheureusement peut-être été vains.

actuellement, le plus gros problème de la Castille vient de son voisin septentrional. Après avoir repoussée l'Église hors des frontières de Montaigne, le général Montègue poursuivit sa progression vers la Castille. Ainsi, l'armée d'invasion de la Montaigne occupe près d'un tiers du pays, revendiqué comme prise de guerre. Les troupes de Montègue ont percé les défenses de la Castille et se sont emparées d'importantes positions tant stratégiques que commerciales. Néanmoins, depuis qu'il a divisé son armée en deux pour attaquer l'Ussura, les troupes de la Montaigne ont perdu leur ascendant et les deux blocs s'arc-boutent désormais l'un contre l'autre.

Gouvernement[]

Le gouvernement castillian a été dispersé à la mort de Roi Salvador de Aldana en 1664. Pour la première fois depuis que la famille royale entière a été décimée par la Peste Blanche en 1386, el Concilio de Razón formé de l'ensemble des conseillers ecclésiastiques du monarque a refusé le titre de Rex Castillium au souverain. Ses décrets sont soumis à l'approbation des Concilio qui régente dans les faits la vie en Castille.

La structure gouvernementale, déjà alourdie par des procédures héritées de la Vieille République et de l'Empire numain, subit un processus bureaucratique des plus lourds. La mainmise de l’Église et les chefs militaires subissant l'invasion montaginoise rendent la confusion complète.

Le Concilio est du plus mal préparé à la gestion temporelle du pays, et les décisions prises depuis l'accession au trône du Bon Roy Sandoval ont été plus catastrophiques les unes que les autres.

Rapport aux autres nations[]

Économie[]

Le système monétaire de la Castille est basé sur le Doublon, monnaie grandement estimée dans les pays limitrophes. Le Guilder y devient de plus en plus courant, au grand dam de la Vodacce voisine.

Ressources[]

La Castille est riche en mines, possède des terres fertiles et des côtes poissonneuses. Les techniques agricoles utilisées par la Castille pendant des siècles avaient tendance à diminuer la productivité des fermes, mais les connaissances apportées par l'Église changèrent cette situation. de fait, les efforts d'organisation menés par l’Église ont transformé la Castille en une véritable machine à produire, favorisant une économie commerciale florissante, même si la société castilliane est à dominante rurale.

L’Église tient de registres très précis des ressources en bétail, en produits agricoles et en minerai, et planifie consciencieusement les produits à venir. Les précepteurs, appelés recaudadores, ont pour charge de collecter l'impôt en fonction de ces prévisions, en s'adressant directement aux dons. Lorsqu'un don est incapable de fournir le minimum requis, cela est signalé à l'administration royale trouv une solution de réparation, en saisissant un pourcentage des terres ou en acceptant une donation de valeur équivalente, en monnaie ou en service (la main d'une fille, un service à rendre à la Couronne ou à l’Église, etc.). Si le don refuse ces arragements, les recaudadores peuvent avoir recours à la "réconciliation armée", intervenant militairement dans le rancho pour exiger une compensation sans quoi ils saisissent les terres par la force.

On trouve dans les ranchos (qui sont essentiellement de grandes fermes) du bétail en abondance (ovins, bovins, porcs, ânes, mules, chevaux). Leurs écuries figurent parmi les meilleures de Théah ; leurs chevaux sont exportés dans les autres pays, prisés pour leur bonne santé et leur grande robustesse sur de longues distances.

La zone occidentale a également une agriculture de premier ordre, avec des produits tels que des olives, des oranges, des citrons, du raisin, et quantités d'autres produits maraîchers.

La pêche au large des côtes occidentales représente plus de 60% des prises annuelles, le reste étant constitué d'espèces différentes et réalisées soit dans la Boca del Cielo, soit dans la Rivière du Commerce.

Exportation[]

Les richesses agricoles, forestières et minières représentent 90% des revenus à l'exportation du pays, ce qui lui permet de s'offrir tout ce qu'il ne produit pas lui-même.

Les excédents sont reversés à l'Église du Vaticine sous forme de dîme, qui est ensuite réutilisée pour le bien de la nation dans des projets d'envergure nationale.

Impact de l'invasion montaginois[]

La récente invasion des armées montaginoises déchire la Castille. Son économie part en lambeaux, sa noblesse est spoliée et d'autres nations limitrophes jettent déjà sur leurs frontières communes des œillades de vautours.

Néanmoins, grâce à la prévoyance de l’Église, une crise de plus grande ampleur a pu être évitée, mais le flux soudain de dons privés de terres affluant de l'Ouest castillians a été difficile à gérer. Une fois de l'autre côté du Rio de Delia, réfugiés la plupart du temps chez des membres de leur famille, ces nobles ont imposé à leur proche une difficulté supplémentaire pour atteindre les quotas fixés.

Société[]

Peuple & Culture[]

     Icone Loupe.png  Article détaillé :  Peuple castillian

Religion & Spiritualité[]

La religion est un pilier de la culture castilliane. La Castille est le bastion de la foi vaticine depuis 1257, lorsque le Troisième Prophète a décidé de transférer la capitale de l'Église du Vaticine de Numa jusqu'à la Cité Vaticine.

Le pays est un exemple de piété moderne, et cela donne aux Castillians une forte influence politique internationale. En contrepartie, ils ont pour tâche de défendre l'image de l’Église des Prophètes et doivent agir en fonction de ses édits, tâche rendue plus difficile lors de l'arrivée du Troisième Prophète et plus récemment par la montée de l'Inquisition.

L'armée[]

L'état de guerre[]

L'avance de l'armée montaginoise est stoppée. A l'exception des deux ranchos les plus au sud, toute la péninsule occidentale est aux mains de l'ennemi.

Dans les collines situées au nord, les Montaginois ont commencé à élever des des avants-postes et des ponts pour les aider dans leur effort continu. Sur le rio de Delia, les forces montagnioises, incapables de jeter une tête de pont sur les rapides, se sont enterrées pour passer un hiver douloureux. Pour le moment, la guerre semble se figer, mais qui peut dire pour combien de temps?

L'armée castilliane[]

Autrefois l'armée de métier de la Castille était très importante. Ses récents échecs militaires ont considérablement éclairci ses rangs. Lorsque débutèrent les hostilités avec la Montaigne, un nombre de patriotes sans précédent la rejoignit, mais même cette supériorité numérique n'y arien pu.

Avant la guerre, l'armée de métier était répartie également dans tout le pays, mais vu que les combats les plus virulent se déroulaient le long du rio de Delia et dans les collines du nord, on y envoya l'ensemble des forces disponibles jusqu'à ce que soit établie la conscription. Il est connu que les Castillians combattent avec leur cœur et leur âme autant qu'avec leur corps et leur esprit, et les contingents réunis actuellement réunis seront sans doute envoyé vers des positions reculées et auxiliaires, où leur mécontentement ne sera pas trop grand.

Les avants-postes et les chanteaux forts[]

La Castille est depuis des siècles la plus grande nation militaire de Théah. Des douzaines de garnisons protègent ses frontières, en particulier sur le littoral sud, ce qui lui permet de surveiller les voies commerciales. Ces forts furent bâtis suivant un schéma défensif sir d'anciennes lignes de front ou selon les besoins, et sont éloignés d'à peine plus de 350 mètres, notamment aux endroits où on s’attend aux assauts les plus violents. En général, ils dominent un terrain dégagé qu'on appelle zones de mises à mort" sur lesquelles les forces d'invasion subissent de lourdes pertes.

Les innovations des stratèges militaires castillians améliorent la puissance de l'armement. Récemment, on a par exemple conçus pour les garnisons côtières et fluviales des emplacements qui permettent aux canons de glisser sur les côtés, mais aussi de pivoter vers le haut et le bas, ce qui leur confère un plus grand arc de tir. Nombre d'entre eux sont également à même de tirer sur les emplacements voisins au cas où on les capturerais.

El Moro, fort qui se trouve au confluent du rio del Delia et du rio de Dios, constitue un exemple de cette prévoyance, qui s'est révélée inestimable contre les ranchos Grijalva et Guzman (après que les forces de ces dons se soient taries), cette forteresse fluviale défend âprement l'actuelle frontière occidentale de la Castille et tiens le navigation montaginoise en échec. Des canons tapissent le muraille de el Morro. Tant que ce fort tiens, les Montaginois ne pourront ni utiliser le delta du golfe, ni accéder au rio de Dios.

L'édifice situé à l’extrémité sud du camino del sol, voie qui traverse le plat pays occidentale du nord au sud, est coupé du reste de l'armée et, pire encore, de la Castille même. C'est là que se déroulent les combats les plus violents, mais aussi les plus désespérés en Castille. Ceux qui n'y sont pas affectés l'appellent la muralla al ultimmo; en effet, aucun soldat qui y combat n'oserait prononcer ce nom à voix haute de peur que bénédiction qui récompense leurs efforts ne viennent à disparaitre. Contre toute attente, les barricades de fortune construites près du vieil avant-poste de la pointe du faucon tiennent toujours , et ce malgré les renforts montaginois qui arrivent en permanence par el camino del sol. Bien que beaucoup parlent des ferventes prières du général Montoya (qui commande le fort), les soldats savent pertinemment qu'ils ne doivent d'avoir la vie sauve qu'aux connaissances castillianes supérieures en termes de fortifications défensive et de tactique. Évidemment, sans l'aide de Théus, tout ceci pourrait ne pas durer longtemps...