La magie de la destinée est la voie de Sorcellerie la plus rare de Théah. Elle n’est pratiquée qu’en Vodacce et cet héritage magique n’est présent que dans le sang des femmes. Ceux qui sont réceptifs aux pouvoirs de Sorte peuvent distinguer la toile de la destinée et les liens de se filaments avec toutes les choses. En approfondissant ses aptitudes, la strega del sorte (sorcière de la destinée) peut aussi apprendre à reconnaître les différents types de filaments.

Enfin, les plus grandes sorcières (appelées nonna par les sorcières de moindre niveau) peuvent tisser ou détruire des filaments de destinée, un pouvoir particulièrement dangereux.

Les filaments de la destinée[modifier | modifier le wikicode]

Lorsqu’une sorcière de la destinée débute son apprentissage, elle apprend à observer les filaments en utilisant un jeu de cartes divinatoires. Ce jeu comporte 78 cartes, qui se répartissent entre arcanes majeurs et mineurs. Les arcanes mineurs (56) sont divisés en quatre séries : bâtons, coupes, deniers et épées. Chaque série comporte quatorze lames, dont quatre têtes (roi, reine, cavalier et valet) et dix lames numérotées de 1 à 10. Les arcanes majeurs (22) sont différents : ils ne se répartissent pas en série et sont juste numérotés de 0 à 21. C’est à eux que l’on fait référence lorsqu’on parle tout simplement des « arcanes ».

La sorcière de la destinée apprend à distinguer les filaments du destin en découvrant les relations existant entre les arcanes mineurs. Elle lit les motifs compliqués dessinés par les filaments de la destine en mélangeant, distribuant et observant les cartes. Chaque suite de cartes correspond à un filament spécifique. Une fois qu’elle est parvenue à comprendre la signification symbolique des différentes suites, elle peut alors aussi comprendre la signification du filament. Les arcanes majeurs révèlent les forces et les faiblesses qui se cachent dans le coeur de chaque homme. Si la sorcière de la destinée ne peut jamais modifier un arcane, elle peut utiliser ses connaissances pour jouer sur les faiblesses qu’elle a pu découvrir.

Sens des arcanes mineurs[modifier | modifier le wikicode]

Bâtons[modifier | modifier le wikicode]

Les bâtons sont les filaments verts qui représentent l’autorité. Un filament de bâton reliant deux personnes indique une relation basée sur le statut social ou le respect (forcé ou naturel), plutôt que sur les émotions ou le commerce.

Coupes[modifier | modifier le wikicode]

Les coupes sont les filaments bleus qui représentent les passions. Un filament de coupe indique un lien émotionnel entre deux individus.

Deniers[modifier | modifier le wikicode]

Les deniers sont les filaments jaunes qui représentent le commerce. Un filament de denier reliant deux personnes indique une forme de relation d’affaire ou une relation basée sur une question financière.

Épées[modifier | modifier le wikicode]

Les épées sont des filaments rouges qui représentent le conflit. Un filament d’épée indique un certain niveau de conflit (émotionnel ou physique) entre deux individus.

Filament noir[modifier | modifier le wikicode]

Dans la tradition des sorcières de la destinée, le filament noir est synonyme de mort imminente. Néanmoins, il n’apparaît pas toujours avant la mort d’une personne, aussi existe-t-il probablement une autre condition liée à sa formation. On ne peut étirer, tendre, créer ou couper les filaments noirs. Cependant, les sorcières de la destinée qui apprennent cette compétence voient les filaments noirs lorsqu’ils se forment et restent parfois plus jeunes que la nature ne le permet normalement. Seules les adeptes et les maîtresses sont capables d’apprendre cette compétence.

Sens des arcanes majeurs[modifier | modifier le wikicode]

Il existe vingt-deux arcanes majeurs dans un jeu divinatoire Sorte. Contemplées toutes ensembles, par ordre numérique, ces cartes forment ce que les streghe del sorte appellent "la Grande Histoire". Les arcanes majeurs prennent la forme d’images fantomatiques flottant au-dessus des personnes qu'ils accompagnent. Ces images peuvent apparaître dans le bon sens, leur aspect positif, ou dans le sens inverse, leur aspect négatif. La forme positive d’un arcane indique normalement une certaine forme de force, tandis que la forme inversée d’un arcane indique une faiblesse. La seule exception à cette règle concerne la carte Légion, dont l’aspect positif est lié à la forme inversée et l’aspect négatif à la forme normale.

Possibilités de Sorte[modifier | modifier le wikicode]

Bénédictions et malédictions[modifier | modifier le wikicode]

Les hommes vodacci sont réputés pour l’exceptionnel intérêt que semble leur porter dame chance, que ce soit en bien ou en mal. Les femmes vodacci sont encore plus réputées pour leurs bénédictions et leurs malédictions. Les Vodacci sont tellement liés aux éléments qui composent la trame de la destinée qu’ils peuvent tenter de forcer leur chance. Le coût est élevé, mais bien souvent le jeu en vaut la chandelle. Sur leur lit de mort, de nombreuses mères vodacci appellent leurs enfants pour les bénir une dernière fois. De la même manière, elles bénissent souvent leurs enfants juste après leur naissance.

Les ennemis de la Vodacce prennent soin de ne jamais croiser le regard d’une femme vodacci, histoire ne de pas tenter le sort. Il ne faut jamais sous-estimer la violence de la colère d’une sorcière de la destinée. Et de fait, la plupart des grandes tragédies historiques et littéraires de Théah ont pour point de départ une malédiction vodacci.

Les femmes vodacci qui souhaitent lancer une bénédiction ou une malédiction le font au risque de grandement endommager leur propre destinée. Le rituel est particulièrement simple : la sorcière regarde sa cible dans les yeux et prononce trois fois son nom, puis l’embrasse. Si le rituel est interrompu, la malédiction ou la bénédiction échoue.

Détruire les filaments[modifier | modifier le wikicode]

Bien qu’il soit particulièrement difficile de détruire un filament de la destinée, c’est toujours moins difficile que d’en créer un. Il est plus facile de détruire quelque chose qui à déjà été créé que de construire quelque chose à partir de rien. Détruire un filament revient à déchirer ne toile d’araignée. Tous les filaments sont aussi importants à l’équilibre de la structure et plus le filament est fort, plus il est vital à la stabilité de la structure. Une sorcière de la destinée ne peut pas détruire un filament identifié par une "tête".

Créer des filaments[modifier | modifier le wikicode]

La création d’un nouveau filament provoque de terribles tensions dans la toile de la destinée, et donc des contrecoups imprévisibles. Tout comme pour la destruction d’un lien, la sorcière subira les répercussions de cette création. Mais les effets de la création d’un filament sont généralement moins terribles que ceux liés à la destruction, bien qu’ils soient tout autant imprévisibles. Créer une nouvelle relation politique entre deux souverains peut mener à un accord mutuel, mais aussi à une guerre si le filament n’est pas manipulé correctement. Idem dans le cas d’une relation amoureuse : une sorcière qui s’arrange pour qu’un home tombe amoureux d’elle court au désastre si elle ne fait pas très attention en choisissant cet homme. Elle peut ainsi se retrouver avec un amant passionné qui refusera de la quitter. Il lui faudra alors résister à la tentation de couper court – au propre comme au figuré – à toute relation avec cet homme… Il lui faudra alors faire face aux conséquences métaphysiques d’une telle décision. Les femmes vodacci doivent se montrer prudentes quand elles font appel à leurs pouvoirs. La sorcellerie Sorte est l’une des plus versatiles au monde. Mais elle peut aussi devenir l’une des plus dangereuses pour la sorcière si elle est mal utilisée.

Brûlure de la destinée[modifier | modifier le wikicode]

Il est possible qu’une sorcière modifie trop la trame de la destinée. Marrieta "la Reine Folle" en est un exemple. Elle descendit un jour jusqu’à un petit village, accompagnée de la garde personnelle de son époux, puis elle fit venir tous les villageois afin de pouvoir les regarder dans les yeux et les maudire les uns après les autres. Des années durant, elle s’assura que les paysans qui servaient son époux restaient sous le joug de son pouvoir. Mais, tandis que les années s’écoulaient, de douloureuses cicatrices rouges et suintantes commencèrent à apparaître sur sa délicate peau blanche. Chaque filament de la destinée qu’elle avait tordu et brisé avait fini par revenir la fouetter, lui laissant chaque fois une marque aussi bien physique que spirituelle. Finalement, elle devint complètement folle. Elle tua son époux et ses enfants avant que sa propre mère ne finisse par l’égorger.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .